Camp - Cassin - Camp Safety

ESCALES A DEUX ROUES dans des Dolomites

31 Aout 2017
Evènements
escalade dans les dolomites CAMP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir quitté la Bosnie et traversé la très très très (remarquez la répétition) touristique Croatie, c'est en Slovénie que nous allons renouer avec l'escalade à temps plein.

 

Sur le papier (du topo), il y a plein de secteurs d'escalade repartis globalement près de la mer (pas sur notre route) et près du Triglav où nous avions déjà prévu de passer!

 

Le début de la route est très sympathique, il y a un petit air de Suisse ou d'Autriche dans ce pays! Le tout ponctué de sympathiques rencontres qui font chaud au coeur!!

 

Après la sympathique visite de la capitale Ljubljana, ce sera par un bon réseau de pistes cyclables que nous atteindrons le parc national du Triglav.

Le lieu est très beau, les paysages également. Seul hic: les falaises d'escalade sont assez patinées et le rocher y est souvent sale... Après 3 parois différentes testées, le constat est le même: dur dur de grimper. Et les cotations ne sont pas données...

 

Après cette remise en forme physique (mais légère démotivation mentale...), nous hésitons à nous rendre au pied de la face N du Triglav (3km de large, 900m de haut...). Les échanges avec les grimpeurs locaux oscillent entre rocher de très mauvaise qualité à correct pour la Slovénie.

Décision est prise d'aller au pied (50km de vélo + 500m de dénivelé pour nous rendre au bivouac), inspecter la face et si l'on se sent, la grimper!

 

Le refuge nous ouvre une pièce pour y laisser nos vélos sans difficulté. A croire qu'ils sont habitués à rencontrer des cyclistes grimpeurs? Merci à eux.

Le cirque rocheux de la face Nord est impressionnant. Et le pilier que nous comptons gravir est long... Mais des grimpeurs rencontrés au refuge nous incitent à y aller en nous rassurant sur la qualité du rocher (histoire de ne pas vivre les mêmes mésaventures qu'en Albanie...).

 

Après une demi-journée de repérage puis une après midi de repos, nous sommes d'attaque! Le réveil à 3h30 ne nous pose pas (trop) de problèmes et c'est au début du jour que nous démarrons les premières longueurs. 

Ce sera une succession de longueurs, de cordes tendues ou de crapahute facile encordés à quelques mètres. Le cheminement est astucieux et cette course tient plus de l'alpinisme que de l'escalade. Mais 7h plus tard, nous sortons de la face Nord et arrivons au soleil ! Le sommet est encore loin et les gros nuages ne nous incitent pas à nous y rendre... Ce sera pour une prochaine fois. Et grand bien nous en a pris car la redescente était longue et aérienne, et s’est terminée sous quelques gouttes!

 

De retour aux vélos, nous choisissons de rejoindre notre dernière étape grimpe du voyage (et oui cela va se finir) -les Dolomites- par l'Autriche. 

Malgré un peu de pluie (on comprend pourquoi c'est si vert!), les paysages sont sympas et le dénivelé se fait bien! De plus, de nombreuses pistes cyclables jalonnent notre itinéraire et rendent le voyage très plaisant.

Puis vient le moment tant attendu: les premières roches dolomitiques aperçues, les premiers sommets, la vue sur les Tre Cime di Lavaredo! Nous y sommes bien!

 

Yann Borgnet, un ami, est déjà monté jusqu'au Tre Cime en vélo. Mais vu la raideur de la route, il nous déconseille de le faire... Et vu qu'il a de meilleures cuisses que nous, on va l'écouter... De plus, pour quelques euros, pourquoi se priver du bus ?

 

Arrivés au parking, le premier constat est qu'il fait froid... Pas gagné pour la grimpe en face Nord... Et notre première journée d'escalade dans une voie Cassin à la Cima Picolissima nous conforte dans notre choix: on restera au soleil! 

Le deuxième jour sur place nous irons goûter à cette belle voie qu'est le Spigolo Giallo et nous nous régalerons!

Nous décidons ensuite d'aller voir un autre endroit proche: la Torre del Diavolo! Voie décrite dans le topo comme adaptée si l'on veut "se faire peur inutilement" en faisant le pas entre les 2 tours... Au final celui-ci s'avérera plus facile qu'il n'en a l'air.

La redescente sera plus complexe pour cause de rappel coincé... Et donc de révision des techniques de remontée sur corde... Techniques toujours plus difficiles et stressantes à mettre en application sous la légère pluie qui tombait, que bien au sec dans un gymnase lors des révisions...

 

Hélas après, tout se précipitera. Ma mère m'appelle pour me dire que ma grand mère n'est pas en forme... Décision est prise de rentrer... Nous aurons besoin d'une journée de vélo pour quitter les Dolomites et nous rapprocher d'une gare. Puis d'une seconde pour prendre 5 trains et un bus nous amenant du pied des Dolomites à Gap et enfin d'une dernière demi-journée de covoiturage/stop pour être au chevet de ma grand-mère à Perpignan. Ouf. Retour précipité mais hélas la santé des proches n'attends pas...

 

Le bilan complet du voyage viendra bientôt. Mais en le résumant simplement, nous aurons fait 6700km de vélo en 7 mois autour de l'Europe. Le tout entrecoupé de belles escalades. Et surtout agrémenté de très très très (nouvelle répétition) sympathiques rencontres qui rassurent sur l'âme humaine!