Camp - Cassin - Camp Safety

Lorna Bonnel, une vie autour du sport de niveau.

17 Juin 2019
Evènements
Lorna Bonnel, une vie autour du sport de niveau.

Lorna Bonnel, une vie autour du sport de niveau.

Lorna, membre de l’équipe de France de ski alpinisme nous parle de son quotidien été comme hiver. Elle est l’une des meilleures skieuses-alpinisme du monde et c’est son palmarès qui le reflète le mieux (seulement celui de 2019) :

 

·       Championnats du monde à Villars en Suisse :

Championne du monde en équipe avec Axelle Mollaret

Championne du monde de relais avec Axelle Mollaret et Léna Bonnel

Médaille de bronze sur l’individuelle et au combiné

·       Coupes du monde :

Une 2eme place

Trois 3eme place

Quatre Top 10

·       Circuit La grande course 

Mezzalama : Victoire en équipe avec Alba De Silvestro et Axelle Mollaret (support des Championnats du monde de Longue Distance)

·       World Ranking (classement des athlètes sur la saison)

4 ème  

 

Comment as-tu découvert le ski alpinisme ?

Depuis quand le pratiques tu ce sport ? J’ai découvert le ski alpinisme il y a 7 ans avec mon frère, qui pratiquait, en allant le voir à la Pierra-Menta. Au début je pratiquais un tout petit peu : quelques petites courses nocturnes autour de chez moi, puis de plus en plus au fil des années.

Comment se passe une saison de compétition pour toi ?

Maintenant c’est Entrainements à l’année, avec mon entraineur Benoit Nave. Soit 560h de sport (dont 220h en ski), 4 858km, 274 340 mètres de dénivelé + (dont 140 000m+ en ski). Mais aussi 25 journées de courses l’hiver en ski et 13 courses l’été en kilomètres verticaux et en vélo. Pour ce qui est de l’entrainement, je fais entièrement confiance à mon entraineur. Je m’entraine chez moi, seule quasiment tout le temps car mon entourage travaille et il est difficile d’aller skier ensemble selon le type de séance que j’ai à faire.

Qu’elles sont les compétitions que tu affectionnes le plus ?

Les compétitions que je préfère sont le circuit de coupe du monde et les Grandes Course. Malheureusement le calendrier était très mal fait cet hiver, nous n’avons pas pu participé à la Pierra Menta (qui se déroulait en même temps que les championnats du monde), l’Adamello a été annulée, il restait le Trophé de la Mezzalama (qu’elle a gagné entre temps) !

En parallèle de ton parcours sportif, as-tu une activité professionnelle ?

En parallèle de mon sport, je suis monitrice de ski (mais ça fait deux saisons que je ne travaille pas l’hiver) et accompagnatrice en moyenne montagne l’été. J’ai passé mon diplôme d’accompagnatrice en moyenne montagne pour facilement m’entrainer l’été. L’hiver c’est plus compliqué avec tous les déplacements. Donc je ne travaille plus depuis deux ans. Je cherche des sponsors pour me financer ma saison l’hiver. Cet hiver les bons résultats vont compenser un peu le manque à gagner du fait que je ne travaille pas. Ce n’est pas évident car on ne gagne pas beaucoup avec un podium en coupe du monde ou championnats comparé à bien d’autres sport. Je ne peux pas en vivre à l’année, mais je rentre dans mes frais pour la saison d’hiver.

Est-ce possible de combiner sport de haut niveau et vie professionnelle ?

Il est possible, selon moi, d’allier sport et vie professionnelle, sous certaines conditions.Déjà selon dépend de l’activité !! Moi en tant que monitrice de ski, c’est un métier qui est physique et j’y perds trop d’énergie l’hiver si je veux vraiment faire de bons résultats ! Il faut choisir une activité qui ne soit pas trop physique pour garder de l’énergie pour les entrainements et les compétitions. Ou alors un travail où tu puisses aménager tes horaires. Pour ma part, Je m’organise l’été pour travailler plutôt en après-midi et m’entrainer le matin. L’hiver je ne travaille pas et je n’ai malheureusement pas d’aide car je suis travailleuse indépendante. Les autres membres de l’équipe de France peuvent bénéficier de CIP (conventions d’insertion professionnelle (CIP) dans le secteur privé, avec un emploi du temps aménagé) car ils sont salariés.

Est-ce que et comment ton entourage t’aide dans ton sport ?

Ma famille m’encourage et m’aide financièrement. Même si ce n’est pas facile car j’ai commencé le ski alpinisme à 26ans. Je fais maintenant des bons résultats. Mon compagnon m’encourage mais il voudrait aussi que l’on fonde une famille. J’ai 32ans et je repousse pour le moment de faire des enfants. Je verrai jusqu’à quand. Mais c’est mon frère par contre qui m’a initié à ce magnifique sport, et je l’en remercie ! Je ski de temps en temps avec lui et aussi mes parents, ou mes cousines qui font aussi de la compétition.